#3.5

21 minute(s) de lecture

 

1/ L’actualité du mois écoulé :

Ce moi-ci, l’actualité a été très chargée … difficile de tout abordé ici, voici  donc l’essentiel de ce que j’en ai retenu (désolé pour les éventuels oublis).

Pour débuter cette série de news, en voici trois très intéressantes que j’aurais presque pu classer dans la rubrique « coup de cœur » si je n’avais pas déjà mis un sujet de coté :

Voici quelques cartes qui démontrent l’ampleur de la transition sur le territoire Français. Des fablabs en passant par les écovillages, les jardins collectifs, les coworkings, les fermes de permacultures et Terre de lien, les villes et villages bio ou sans pesticides, les monnaies locales, jusqu’aux AMAPs et lieux de résistances, tout y passe.
Tour d’horizon de la géographie des alternatives et de la transition.
On y trouve plein de sujets très intéressants & on y découvre des initiatives « locales » méconnues …
Climat et nouvelles technologies font bon ménage. Dans l’esprit de mobilisation citoyenne qui déferle en France en amont de la COP 21, les Wikimédiens ne sont pas en reste… et se sont mobilisés aux quatre coins de France pour présenter leurs actions.
Je vous réserve ici un petit podcast sur ce sujet prochainement…

Je dois avouer que je suis jaloux des dessinateurs de bande dessinées. Je n’ai jamais réussi à raconter des histoires en dessins. J’ai été bercés avec des classiques comme Robin Dubois, Léonard (et son disciple souffre-douleur), Gaston Lagaffe (et son gaffophone), sans oublier Tintin, Astérix ou encore les Tuniques Bleues.

En vieillissant et en arrivant sur internet, j’ai appris à connaître et apprécier la BD francophone indépendante. Spécialement trois auteurs, que je vais citer par ordre alphabétique : Bruno Bellamy, Simon « Gee » Giraudot et Péhä.

J’adore le travail réalisé par ces 3 dessinateurs … ça fait même un bon moment que je suis les BD de « Gee » & que je me sert de l’outil qu’il a mis à disposition & dont je me sert occasionnellement pour l’illustration de mes éditos du 21 !

***
Voici à présent, les autres actualités du mois :
La nouvelle a fait la une de tous les journaux hier : la justice américaine a invalidé les prétentions de la société Warner qui revendiquait un copyright sur la chanson « Happy Birthday » et appliquait depuis plusieurs décennies une politique agressive de prélèvement de royalties. Ce jugement va faire date, car il s’agit de l’une des premières décisions à statuer clairement sur un cas de copyfraud : de la « fraude de droit d’auteur », découlant d’une revendication abusive de droits. Néanmoins, il me paraît important d’apporter des nuances par rapport à ce que l’on a pu lire dans la presse à propos du dénouement de cette affaire. Nombreux en effet ont été les articles à proclamer qu’Happy Birthday était « tombé » ou « entré dans le domaine public » ou que la chanson était désormais devenue « libre de droits« .
Depuis le début du mois, une nouvelle ressource particulièrement intéressante a été mise en ligne pour ceux qui veulent découvrir ou approfondir la question des liens entre les Communs et le droit. « Law for The Commons » (Le Droit pour les Communs) prend la forme d’un wiki rattaché au site Commons Transition mis en place par la P2P Foundation.

Vous serez tous confrontés au disque dur trop petit, trop lent, devenu inutile suite à l’achat d’un nouveau PC, etc…

Qu’allez vous faire? Le jeter simplement? Réfléchissez…

Ce bout de métal regorge sûrement de Gigaoctets d’informations personnelles, confidentielles, professionnelles, ou simplement ayant de la valeur dont vous n’avez pas envie qu’elles tombent entre toutes les mains.

Pour ceux qui ne sont pas convaincus, allez récupérer les disques durs sur les ordinateurs à la décharge ou d’occasion 😀

Soyez donc très prudents, maintenant que vous savez ! … de même pour la news suivante d’ailleurs :

J’aborde souvent le problème de la gratuité et de son irrésistible attrait pour les utilisateurs de produits technologiques, ce qui permet l’échange de services  SaaS apparemment gratuits contre des données personnelles.

Dan Ariely, professeur de psychologie et d’économie comportementale a publié un livre étonnant, C’est (vraiment) moi qui décide (en anglais Predictably Irrational: The Hidden Forces That Shape Our Decisions). Dans ce livre, un chapitre porte sur le sujet de la gratuité. Il s’intitule très justement « rien n’est gratuit » et son élément central est l’expérience décrite dans l’extrait ci-dessous. Elle explique beaucoup de choses sur l’attrait de la gratuité.

En mars dernier, un article de l’historien canadien Allan Greer a été publié sur le site de « La Vie des Idées » dans une traduction en français. Intitulé « Confusion sur les communs », ce texte m’a rapidement paru important, car il émettait des critiques argumentées à propos d’un des points essentiels de la théorie des Communs : la pertinence de la notion d’enclosure pour désigner les menaces pouvant peser sur les ressources partagées sous la forme de biens communs.
Google et la NASA vont recevoir un nouveau calculateur quantique développé par la société canadienne D-Wave. Celui-ci pourra utiliser plus de 1000 bits quantiques (qubits). Un accord de coopération a également été signé entre les parties pour les sept prochaines années.
Une année entière de droits d’auteur reversée à Wikipédia, soit un don de 50 000 dollars (environ 44 000 euros). C’est à l’écrivain français Antoine Bello que l’on doit cette initiative sans précédent. Son roman Les Éclaireurs, paru en 2009, avait été remarqué par la critique – Le Monde  le qualifie de «  curiosité littéraire » – et fut lauréat du Prix France Culture-Télérama. Le roman, qui met en scène un agent secret islandais, Sliv Dartunghuver, employé par une organisation qui construit de faux articles de presse afin d’influencer les décideurs mondiaux, a pour particularité d’avoir été écrit notamment grâce à Wikipédia. Pour se documenter, Antoine Bello indique en effet s’être particulièrement appuyé sur Wikipédia, auquel il rend hommage à la fin de l’ouvrage.
Quelle générosité ! Merci @ lui !

Dans l’histoire de la conquête spatiale, rares sont les missions qui ont vraiment laissé leur empreinte. Il y a bien sûr celle qui a permis à Youri Gagarine d’effectuer la première orbite complète autour de la Terre. Il y a également eu Spoutnik 2, quelques années plus tôt, qui a rendu Laïka mondialement célèbre. Cette chienne a en effet été le premier être vivant à être placé en orbite.

Et bien sûr, il y a les missions du programme Apollo qui ont permis aux États-Unis d’envoyer des hommes sur la Lune pour la toute première fois de l’histoire de l’Humanité. Ce sont ces missions qui sont aujourd’hui à l’honneur, puisque la NASA vient de publier sur Flickr plus de 11400 photographies en haute définition sur l’une des aventures humaines les plus spectaculaires. Certaines sont regroupées dans des albums.

Selon la licence utilisée sur Flickr, les photos sont placées dans le domaine public.

AS08-13-2329

Steam est une plateforme très populaire de distribution de contenu en ligne, de DRM et de communication créée par Valve Corporation. Cette dernière développe des jeux vidéos tels que Half-life, Counter-Strike, Portal, Left 4 Dead ou encore DOTA qu’elle distribue sur sa plateforme.

Caliopen est une solution logicielle en ligne, dédiée à la création d’une messagerie multi protocole avec une indication sur la sureté de chacun des systèmes utilisés.

Le but est de proposer les messageries les plus sécurisées possible, selon le contact, et de faire abandonner progressivement les protocoles à problèmes.

Cela permet de ne pas casser les habitudes des utilisateurs, en leur proposant l’accès à toutes leurs messageries. C’est l’inverse de la création d’un nouveau protocole qui n’est supporté par personne.

Ce n’est pas l’auto-hébergement qui est visé, mais des structures plus grosses, qui pourraient gérer de quelques centaines à quelques dizaines de milliers d’utilisateurs. Cela permet de centraliser des fonctions comme la gestion du spam.

Vivement que ce projet voie enfin le jour … j’ai hâte ! Continuez les gars, vous êtes sur la bonne voie …

Pour ceux qui souhaiteraient s’auto-héberger pour avoir à la maison leur serveur web ou leurs mails, j’ai entamé il y a quelques temps une documentation qui se veut « accessible pour tous » (C’est bien sûr relatif, il faut savoir se servir un minimum d’un terminal).
Le 15 octobre marquera la clôture des soumissions de films pour le « Flying robots international film festival« . Toutes sortes de catégories sont ouvertes, y compris la catégorie « LOL ». C’est dire si cela vaut le coup de participer. Le festival est organisé par Eddie Codel. Ce pionnier de la publication indépendante sur le Net organisait déjà Webzine dans les années 2000.
& dans la série « festival », voici le plus important :
Le Temps des communs est un festival d’initiative sur des sujets divers reliés aux (biens) communs, du 5 au 18 octobre 2015 : plus de 300 événements organisés un peu partout par les acteurs des communs francophones (dans 7 pays).
…En voilà une grande nouvelle pour laquelle j’aurais également pu effectuer un dossier !

& pour la news suivante, j’ai hésité à la mettre dans la rubrique « coup de gueule » … mais je ne voulais pas gâcher mon coup de coeur :

Connaissez-vous la dernière lubie du Joint Photographic Expert Group, le groupe d’expert qui supervise le format JPEG ? (ahaha oui, JPEG ça veut dire ça !)

Et bien ils aimeraient ajouter le support des DRM dans notre format d’image préféré… Comme pour les vidéos, cela permettrait de verrouiller certaines images pour éviter par exemple que vous ne les voyiez si vous n’avez pas payé… Ou pour tout simplement bloquer leur transfert, leur utilisation ou leur modification si le copyright (marqué dans le DRM) ne vous y autorise pas.

Quelle idée de merde !

Évidemment, l’EFF monte au créneau et explique dans ce PDF pourquoi c’est une mauvaise idée. Je vous fait un résumé…

idem pour cet autre billet sur le même sujet :

Le Comité JPEG se réunissait mardi à Bruxelles pour discuter d’une proposition d’ajouter des DRM dans les fichiers .jpg, pour rendre leur lecture et leur manipulation impossible sans l’autorisation des ayants droit. Une mesure qui veut protéger à la fois les photographes professionnels et amateurs.
Après ce petit intermède, la suite des news :
À l’occasion d’une session de questions libres sur Reddit [EN], Stephen Hawking a prédit le creusement des inégalités au fur et à mesure que la robotisation de l’économie va se poursuivre. Pour lui les actionnaires verront leur part de richesse augmenter, au détriment du reste de la population.

Et dans l’attente de sa sortie en décembre prochain :

Le voici enfin ! Disney a dévoilé lundi la bande-annonce de Star Wars : The Force Awakens, l’épisode 7 de la saga des Skywalker.
La diffusion de la bande-annonce de Star Wars : The Force Awakens achève en apothéose trois années pendant lesquelles Disney a revigoré l’attente du public pour une franchise qui semblait s’être perdue.
& dans la série « nostalgie » :

date cultissime aujourd’hui … l’arrivée de Marty MacFly dans le futur grâce à la Delorean 😀

un événement chez les g33ks de tous poils et un clin d’œil de notre ami Péhä pour l’occasion :

Voici maintenant quelques news pour les geeks :

Dans un précédent post en lien avec la protection du climat, je m’étais lancé dans la découverte du micro PC Banana Pi. Le but était de me rendre compte concrètement de l’utilisabilité de cette plate-forme, aussi bien dans le cadre d’un système de bureau classique (interface graphique, internet, traitement de photos, bureautique, films), que dans celui d’un NAS (Network Attached Storage). Cet article couvre la première partie de ce but (bureau classique). La deuxième partie sera traitée dans un post séparé.
Qui n’a jamais eu quelqu’un de son entourage qui a fissuré l’écran de son smartphone ? Surement pas grand monde. Il faut dire que la taille de certains écrans ne favorise pas la protection de l’appareil, plus la surface est grande, plus le risque l’est.

Après avoir vu comment créer un serveur multimédia grâce à OSMC, nous nous sommes penchés sur les serveurs de fichiers et plus précisément sur comment installer un serveur cloud, ou serveur de fichiers (choisissez le nom que vous voulez) sur une Raspberry Pi.

Nous nous sommes intéressés à OwnCloud, un système libre, qui existe depuis quelques temps déjà (le projet a été lancé en 2010) et qui est une alternative à DropBox par exemple.

***

& pour conclure les news de ce mois, ces trois billets ô combien importants :

Il y a quelques jours, Microsoft présentait ses excuses pour l’énorme panne de son service Skype. La firme réalisait de grosses mises à jour qui ont pris plus de temps que prévu et ont entrainé un arrêt quasi complet de Skype.

Peu de temps avant, Amazon Web Service connaissait une panne partielle d’environ 5 heures, entrainant dans sa chute des services comme Netflix

Il y a quelques temps, certains services de Google tombaient en panne eux aussi…

La liste est longue, les exemples ne manquent pas pour expliquer à quel point la dépendance aux GAFA est parfois problématique.

Ces interruptions de services devraient nous faire réfléchir quant à celle dépendance dont il est question.

Qu’arrivera-t-il si, un jour, Amazon Web Service s’effondre pendant des jours ? Qu’arrivera-t-il si Google tombe en panne pendant toute une journée ?

Nous ne nous en rendons peut-être pas compte mais cela pourrait avoir des conséquences catastrophiques et pas uniquement dans la sphère numérique.

J’y pense, Microsoft s’est également dernièrement excusé pour les mises à jour forcées vers windows 10 ! C’est curieux, non !? (Il a fallu tout de même un très grand nombre de critiques pour qu’ils changent enfin leur « fusil d’épaule » …)

Lourdement mises en cause pour avoir laissé les agences gouvernementales accéder aux données de leurs clients, les grandes entreprises du Web ont vite senti qu’elles risquaient gros à passer aux yeux du monde entier pour des complices de l’espionnage de masse. Elles ont donc défendu leur position avec une belle énergie en clamant leur bonne foi : elles auraient été les victimes non consentantes des intrusions de la NSA.

Dans cette recherche d’une crédibilité essentielle pour leur survie économique — car à chaque utilisateur perdu c’est la monétisation d’un profil qui disparaît, elles multiplient les déclarations hostiles aux pressions, de plus en plus fortes aux USA, pour limiter voire interdire le chiffrement de haut niveau, comme pour leur imposer des portes dérobées. C’est ce que nous pouvons voir dans cette compilation réunie par l’EFF.

Bien sûr, je vous crois « sur parole » mes amis les GAFAM !

“Nous sommes dans une société de moutons”, “les gens vont dans le sens de la majorité”,  “la population se laisse influencer par les médias de masse”…  qui n’a jamais entendu ce genre de propos au sujet de notre société ? Pourtant, l’opinion, les comportements, attitudes, croyances, ou sentiments d’un individu sont loin d’être strictement régies par l’influence des masses. Il existe aussi l’influence minoritaire, qui au contraire du conformisme, nous influence en profondeur. En effet, nous sommes émerveillés par certaines personnes qui font avancer nos idées, nous aident au quotidien ou nous impressionnent intimement. Nous sommes prêt à suivre certains leaders que nous considérons comme étant aptes et légitimes à nous montrer une direction à suivre ou même à diriger nos vies. Nous sommes même dans certains cas, complétement sous emprise d’une personnalité, comme le sont certains humains “fans” de personnalités connus.

Nous allons donc essayer de comprendre le fonctionnement de ces influences pour tenter de répondre à LA question existentielle, celle que l’on se pose tous les matins en prenant les transports, celle qui nous traverse l’esprit en voyant nos contemporains s’enivrer dans une décadence profonde, la question cosmique  : sommes-nous de vrais moutons ?

Je vais d’ailleurs vous préparer un petit billet sur ce sujet ici dans les semaines à venir…

>>> Plus d’actualités @
shaarli.sweetux.org & rss.sweetux.org


2/ Le dossier du mois :

LOGICIEL & AUTOMOBILE

C’est pour faire suite au scandale survenus il y a quelques semaines que j’ai voulu réaliser ce « mini dossier » sur ce sujet (qui un jour prochain aura sans doute encore plus d’importance). En effet :

L’affaire Volkswagen est un scandale industriel lié à l’utilisation par le groupe Volkswagen, entre 2009 et 2015, d’un logiciel diminuant frauduleusement les émissions polluantes de certains de ses moteurs diesel lors des contrôles d’homologation. Selon le groupe, plus de 11 millions de véhicules de ses marques Volkswagen, Audi, Seat et Škoda en ont été équipés à travers le monde. L’affaire, sans équivalent dans l’histoire automobile, est révélée en septembre 2015 par l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) et a entraîné la démission du président du directoire du groupe Martin Winterkorn. Une enquête du département de la Justice des États-Unis est en cours afin d’établir précisément les faits.

Dans la presse, de nombreux articles ont relayé celui-ci, et j’ai retenu les suivants dans mes flux rss :

Le scandale du trucage au moment des tests anti-pollution opéré par Volkswagen, révélé en septembre 2015, rappelle l’importance du logiciel libre mais également du droit à l’ingénierie inverse pour tous.
Je suis bien d’accord avec la position de l’APRIL … même si je suis conscient que en l’état actuel de la réglementation (et en grande partie à cause des brevets & de la protection des secrets industriels), ça n’est pas encore gagné !
Il aura donc suffi d’un petit logiciel perdu dans les centaines de milliers de lignes de code qui font désormais fonctionner nos voitures pour faire vaciller un géant mondial de la construction automobile. Quelques lignes de codes capables de modifier le calculateur moteur, permettant de réduire les émissions de gaz polluant d’un véhicule, uniquement lorsque celui-ci est soumis aux conditions très spécifiques des tests, comme l’explique dans son article de synthèse LeMonde.fr. Les conditions très établies et très spécifiques des tests (accélération lente, vitesse moyenne très faible, capot ouvert…) comme l’évoquait Thibaut Schepman pour Rue89 créent autant de conditions permettant au calculateur de la voiture de reconnaître s’il est en phase de test lui permettant d’adapter sa puissance et ses émissions en fonction. Car pour moins polluer, la voiture doit surconsommer.

Eh oui, lorsque l’on triche, c’est normal de s’en prendre « pleins les dents » … c’est un « juste retours de manivelle » … en espérant que ça serve de leçon / d’exemple pour que ça n’arrive plus à l’avenir …

Selon l’Electronic Frontier Foundation (EFF), Volkswagen n’aurait pas pu dissimuler le logiciel truquant les résultats des tests anti-pollution de ses voitures si la loi n’interdisait pas aux chercheurs de travailler sur le firmware des véhicules.
Il faudrait donc faire en sorte que des « laboratoires indépendants » puissent avoir un accès « légal » à ces « secrets industriels » afin de s’assurer qu’il n’y a pas de triche … ni de portes dérobées d’ailleurs …
Très largement documenté dans la presse, le scandale qui touche actuellement Volkswagen est la conséquence directe de la découverte des manipulations technologiques effectuées par l’entreprise pour truquer les performances de ses moteurs au diesel. Il a aussi jeté une lumière inattendue sur le rôle du droit d’auteur, qui empêche les experts d’analyser les firmwares des véhicules.

… Ainsi, nous aurons peut-être à l’avenir des véhicules « connectés » plus fiables !

Je conclurais par cette critiques sur la protection des logiciels embarqués :

Le débat né de l’affaire Volkswagen est surtout centré sur les protocoles de test, mais l’Electronic Frontier Foundation explique depuis novembre 2014, que la protection des logiciels embarqués par le droit d’auteur représente une « menace » que cette affaire a mis évidence sur un cas concret. Elle pose la question de l’accès au code source des logiciels embarqués, ainsi que de l’utilisation des logiciels libres dans le monde de l’automobile.

>>> + d’infos @

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Volkswagen

>>>Liens Bonus @


3/ Le coup de cœur du mois :

LIBRE @ TOI

Parmi les différentes « bonnes choses » découvertes au cours de ces dernières semaines, il y a cette nouveauté très intéressante que je voulais vous faire découvrir :

Dans le milieu associatif et libriste, Libre@Toi commence à se faire un nom. Bien que sa visibilité publique soit encore récente, ce jeune projet est prometteur et représente l’aboutissement de l’activité opiniâtre d’une petite équipe qui met son énergie à concrétiser ses idéaux, depuis plus d’un an.

On peut déjà par exemple revoir des émissions comme l’atelier de Genma sur le chiffrement, parcourir la série des Liberté, égalité, surveillés d’Olivier…

Vous vous en doutez, lecteurs du Framablog, une association qui veut porter les valeurs du logiciel libre sur d’autres domaines de la société, ça nous parle… C’est pourquoi, à l’occasion d’un évènement prochain qui inaugurera ses activités, nous avons proposé à ses membres une petite centaine de questions. Ils ont tenu à répondre à plusieurs voix, et c’est tant mieux.

>>> Source(s) & plus d’infos @

https://libre-a-toi.org/https://libre-a-toi.org/en/static/page/2/A-propos.htm

 

 


Rendez-vous le mois prochain pour d’autres nouvelles,

Cordialement,

bannière grise2

more