#3.7

16 minute(s) de lecture

 

1/ L’actualité du mois écoulé :

L’actualité de ce mois va être scindé en deux parties :

  • La première concernant la culture & les droits d’auteurs :

Plusieurs sites de presse comme Rue89 ou Slate se sont faits aujourd’hui l’écho d’une nouvelle que j’ai trouvée particulièrement glaçante : Barack Obama a promulgué la semaine dernière une loi (HR 2262) qui va autoriser des compagnies privées à s’approprier les ressources naturelles figurant dans l’espace extra-atmosphérique.

La portée de ce texte est potentiellement énorme et peut-être que dans un siècle, on citera encore la date de son adoption comme un des événements majeurs de l’histoire de l’Humanité. Car on peut considérer ce 25 novembre 2015 comme le jour où l’espace cessa d’être un bien commun, par l’effet d’une décision unilatérale des Etats-Unis d’Amérique.

Plus une journée ne passe sans que je tombe sur un article de blog écrit par un auteur, une illustratrice, un musicien ou une cinéaste se plaignant de la course au gratuit sur internet, qui invariablement « dévaluerait leurs propres créations », créations qu’ils et elles essaient de vendre à une industrie culturelle moribonde et près de ses sous — et autant dire que ce n’est pas facile tous les jours. Je comprends cette grogne, parce qu’elle frappe une activité qui ploie déjà lourdement sous le fardeau de la précarité : j’ai écrit plusieurs articles en ce sens pour dénoncer des abus. Mais il y a une chose qu’il faut comprendre : le voyage dans le temps n’existe pas et on ne reviendra pas hier, à compter seulement qu’hier ait été à une époque plus favorable aux créateurs.

Quand est-ce qu’une licence CC (Creative Commons) donne plus de chances à une œuvre qu’un copyright ? Chaque fois que je publie un texte long, je me demande sous quelle licence le faire.

Une mise au point tout d’abord : CC implique pour moi l’éventuelle gratuité de l’œuvre. On doit pouvoir se la procurer gratuitement même si par ailleurs elle est en vente. Le CC entraîne la libre copie (éventuellement la libre traduction et adaptation).

Jusqu’au 31 décembre, le collectif SavoirsCom1 proposera de découvrir chaque jour un nouvel auteur dont les œuvres rejoindront le domaine public le 1er janvier 2016.

C’est maintenant une tradition bien rodée. Chaque année, le collectif SavoirsCom1 profite de la période de Noël pour concocter son calendrier de l’Avent des auteurs dont les œuvres entreront le domaine public à partir du 1er janvier 2016. Chaque jour jusqu’à la fin du mois de décembre, une personnalité sera révélée.

Paris, le 9 décembre 2015 — La Commission européenne a proposé aujourd’hui son cadre de réforme du droit d’auteur dans l’Union européenne. Ce cadre comprend en premier lieu une proposition de règlement sur la portabilité des services en ligne et en second lieu une communication annonçant les réformes à venir, à l’horizon 2016. La Commission européenne confirme ainsi sa volonté de ne pas rouvrir le dossier de la directive InfoSoc1, montrant sa frilosité et son manque d’ambition sur ce dossier.

Nous avons récemment eu une discussion sur la liste de diffusion du collectif à propos de Blockchain (ou chaîne de blocs). Il nous a semblé important de vous présenter quelques éléments sur le site. Cette technologie très puissante est importante à comprendre parce qu’elle pourrait s’immiscer dans bien des domaines de notre quotidien à l’avenir.

Et si les commoners s’y intéressaient dès le départ au lieu de laisser les banques et les assurances produire des enclosures à grand échelle? Et s’il y avait des usages de blockchain en commun à construire sans perdre de temps?

Y a des jours où on a envie d’un bon vieux polar. Une enquête bien ficelée, une intrigue qui nous titille le ciboulot avec des personnages jubilatoires dont les déboires et les victoires nous chatouillent les zygomatiques.

La recette du roman policier est connue. De San-Antonio aux NCIS, elle fait littéralement partie de notre culture, de notre domaine public. Pourtant, aucun auteur (à notre connaissance) n’avait encore placé son polar flambant neuf dans le Domaine Public Vivant, livrant ses personnages et son univers aux fantaisies de vos imaginaires pour que vous puissiez jouer avec.

Voilà qui est chose faite grâce à Fred Urbain, auteur d’un nouvel opus paru chez Framabook : Vieux Flic et Vieux Voyou.

Un cours en ligne, gratuit et accessible à tous, pour découvrir en cinq semaines le fonctionnement de Wikipédia et apprendre à y contribuer en rédigeant des articles… ça vous tente ? Ce cours, c’est le WikiMOOC, un MOOC (Massive Open Online Course en anglais, « cours en ligne ouvert à tous » en français), qui sera lancé le 22 février 2016, sur la plateforme France Université Numérique, propulsée par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Aujourd’hui, parlons de l’une de ces nombreuses chose auxquelles on ne prête pas d’attention parce qu’elles semblent trop compliquées… alors qu’elles peuvent nous aider énormément : l’URL.

Je précise que cet article est une introduction pour novice et qu’il ne cherche pas l’exhaustivité (on ne parlera pas de protocoles FTP, de ports ou de résolution DNS). En plus, il est déjà assez long comme ça !

Bonne lecture 😉

  • La seconde concernant la technologie & le numérique :

Mariage réussi pour le POSS, Paris Open Source Summit (sommet de l’Open Source de Paris), résultat de la fusion de Solutions Linux & Open Source et de l’Open World Forum. Cette première édition a eu lieu ces 18 et 19 novembre 2015 et il est temps de vous restituer un petit compte-rendu de ces deux jours chargés, que ce soit au niveau du contenu que de l’émotion, à la lumière de l’actualité récente particulièrement terrible.
Faites un cocktail avec un Raspberry Pi, une bonne dose de pédagogie et les bons logiciels dans un kit et vous obtenez Kano, un jeu éducatif parfait pour donner aux enfants le goût des sciences de l’informatique.

Je me suis lancé à la découverte du monde Arduino. Afin de démarrer sur de bonne base, je me suis commandé un Arduino Starter Kit en Français. En plus de contenir, une carte Arduino Uno, un jeu de composant de base, il comprend aussi un bouquin d’exercice très bien écrit et très pédagogique. Cela permet de découvrir en douceur la fabrication d’un circuit et la programmation d’un micro-contrôleur.

Un paquet arduino existe dans Debian et il embarque tout le nécessaire pour programmer et contrôler les différentes cartes.

Internet est-il trop centralisé ? Sommes-nous au bord de la congestion du réseau des réseaux ?… Ces alarmes reviennent régulièrement. En mai dernier, Martin Untersinger pour Le Monde revenait sur la crise de capacité (capacity crunch) mise en avant par la Royal Society britannique, l’équivalent de notre Académie des sciences. Pour Andrew Ellis, de l’université de Birmingham, les innovations n’arriveront pas à repousser indéfiniment les limites du réseau, en terme de capacité de stockage ou de vitesse de transmission. Reste que, comme le soulignait l’article, ce n’est pas la première fois qu’on annonce la mort prochaine du réseau des réseaux. Pour plusieurs spécialistes interrogés dans l’article, on est plus là dans l’alarmisme et ce d’autant que l’internet des objets à venir ne va pas entrainer un déluge de nouvelles données extrêmement consommatrices en bande passante.

Après Android et iOS, la messagerie chiffrée open-source Signal fait ses débuts sur PC via une extension pour Google Chrome.

L’application Signal, qui permet de chiffrer les messages et les appels sur Android et iOS, fait ses débuts sur PC. La société Open Whisper Systems, qui en est à l’origine, a en effet annoncé mercredi la mise en chantier d’une extension pour navigateur qui donnera la possibilité aux usagers de poursuivre sans heurt leurs conversations de leur terminal à l’ordinateur, en conservant le même niveau de sécurité et de confidentialité.

Si la sécurité des objets connectés vous intéresse, je vous invite à lire ce rapport (en anglais) publié par l’Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l’information (ENISA). Dans ce rapport, ils passent en revue les bonnes pratiques qui devraient s’appliquer à chaque étape de la vie d’un objet connecté, de son développement à son intégration en passant par ses usages et sa maintenance jusqu’à ce qu’ils soient bons à jeter à la poubelle.

Nous avons rencontré les fondateurs de M2 ( http://www.mcarre.fr/ ) en préparant Alternatiba. Ils sont des ovnis dans le monde libriste parce qu’ils ont créé une entreprise et pas une association. Ils croient dur comme fer (à souder ?) à leur modèle économique et peuvent en parler des heures avec un enthousiasme inoxydable. C’est Maxime qui nous répond mais les deux autres sont aussi survoltés.

Bonjour, Maxime ! Alors, toujours aussi motivés ?

Portée notamment par Mozilla, Cisco et Facebook, l’autorité de certification Let’s Encrypt a de bons arguments pour que les sites web adoptent massivement le protocole HTTPS pour chiffrer les communications.
Qwant annonce la sortie officielle d’une version pour enfants de son moteur de recherche. Cette déclinaison, baptisée Qwant Junior, se veut plus sûr pour le jeune public.
On peut savoir beaucoup de choses sur quelqu’un simplement en observant ses métadonnées. Pour rappel, les métadonnées sont les données servant à décrire une autre donnée.

Nous accumulons tous une quantité de données de plus en plus importante, entre les fichiers rangés sur nos multiples disques durs et appareils mobiles, les solutions de stockage en ligne, les services web…

Sauf si tu as tendance à fermer les yeux et serrer les dents en espérant que tout se passe bien, il est probable que tu aies déjà réfléchi à sauvegarder tout ça, au moins pour le plus important.

Seulement voilà, ce n’est pas une des tâches les plus drôles, et il y a tellement de possibilités qu’il est facile de s’y perdre ou d’en oublier.

OpenAI est une société à but non lucratif dont le projet est de faire avancer l’intelligence artificielle dans la limite de ses premiers principes : bénéficier à toute l’humanité et ne pas la mettre en danger.
ZeroDB est un système open-source de gestion de base de données chiffrées, qui permet de s’assurer que seul le client a connaissance de la version en clair des données qu’il reçoit.
Combiner le vivant et l’électronique pour donner aux circuits imprimés de nouvelles capacités : voilà ce que souhaitent accomplir les chercheurs de Columbia Engineering. Et la première étape a été franchie.

Aujourd’hui, nous allons parler SMS et Raspberry Pi, avec la nouvelle version de RaspiSMS !

Que vous souhaitiez valider l’inscription de vos utilisateurs par SMS, envoyer des SMS par internet ou encore contrôler une installation domotique par SMS, RaspiSMS est fait pour vous !

RaspiSMS c’est quoi ?

Open Edge lance sur Kickstarter une campagne pour sa Mondrian 3.0, une imprimante 3D open source auto-répliquante.
Open Edge lance une campagne de financement participatif pour Mondrian 3.0, une nouvelle imprimante 3D open source mais également auto-réplicante. La majorité de ses pièces peuvent être imprimées par elle-même. Elle devrait être disponible en juin 2016 pour 900 euros.

Très beau projet, j’aime beaucoup 😉

Comme expliqué dernièrement, tout ce qui concerne les films & les séries (& bien d’autres sujets…) sera désormais abordé sur xuteews.sweetux.org.

>>> Plus d’actualités @
shaarli.sweetux.org & rss.sweetux.org


2/ Le dossier du mois :

Open Hardware

Ça fait un moment que j’en parle sur ce blog, mais je n’ai pas eu l’occasion de présenter cette notion … voici donc la définition issue de wikipedia :

Le Matériel Libre (en anglais open hardware ou hackable device) désigne les technologies et produits physiques développés selon les principes des « Ressources Libres » (open source).

Le Matériel Libre est un terme qui regroupe des artéfacts tangibles — machines, dispositifs ou toutes choses physiques — dont les plans ont été rendus publics de façon que quiconque puisse les fabriquer, modifier, distribuer et utiliser. Une définition commune du Matériel Libre (OSHW – OpenSource Hardware, ou FLOSH Free Libre Open Source hardware) a été proposée par différents acteurs, permettant de mieux définir la notion de matériel open source, ainsi donc que les licences qui s’y appliquent ou sont compatibles avec cette notion.

À l’inverse de ce concept de matériel libre, Richard Stallman a souligné que le BIOS est souvent bloqué pour n’être utilisé que par des ordinateurs sous Windows en France : il conviendrait alors de parler de « matériel privateur » qui limite la liberté de son utilisateur. Le matériel libre ne doit pas non plus être confondu avec les objets fonctionnant avec des gratuiciels ou freewares qui n’ouvrent généralement pas leur code source.

Il y a donc bien des choses à dire sur ce sujet ô combien intéressant … & sans doute bien des liens vers de nombreux projets à vous présenter …. mais ça sera pour « plus tard » :

En effet, pour information, ce billet a été rapidement rédigé entre les fêtes … il est donc plus « succinct » qu’habituellement. Faute de temps en cette période de l’année, je n’entrerais pas dans le « vif du sujet » (ce dossier est donc momentanément réduit à sa plus simple expression), mais rassurez-vous, il sera complété dès que possible (désolé de la gène occasionnée).

 

>>> Source(s) & plus d’infos @

https://fr.wikipedia.org/wiki/Matériel_libre

http://framablog.org/2015/05/16/nous-voulons-aussi-du-materiel-libre/

http://wiki.korben.info/materiel_libre

https://2015.rmll.info/materiel-libre-hacking-making

>>>Liens Bonus @ (variables en fonction du sujet)
http://shaarli.sweetux.org/?searchtags=MATERIEL+LIBRE

 


3/ Le coup de cœur du mois :

Pour conclure cette année, je ne voulais pas terminer avec un coup de gueule, alors, et puisque je vais « abandonner gmail » très rapidement, je voulais mettre en avant ces billets :

J’ai dédié une page de mon blog aux alternatives existantes pour se passer des GAFAM, toutes ces grosses entreprises numériques US qui dominent notre vie numérique. Les éviter n’est pas uniquement politique mais également social.

Est-ce que vous rêvez d’un monde uniforme ? Un monde dans lequel tous les habitants de la planète s’habilleraient en Gap, porteraient tous les mêmes Nike de la même couleur ? Un monde dans lequel chaque appartement serait meublé avec table, canapé et lustre Ikea ?

Un environnement où chacun roulerait avec le même monospace, de la même couleur lui aussi ?

Nous regarderions la même chaine de TV, écouterions la même radio et lirions tous le même journal.

N’auriez-vous pas l’impression d’être des robots ?

Et si un jour l’unique vendeur de voitures décident de vous suivre dans vos déplacements grâce à un GPS installé par défaut ? Et si le vendeur de meubles décide d’incorporer des micros pour vous écouter chez vous ?

Les « GAFAM » : acronyme pour Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft. Et on peut rajouter toutes les grosses entreprises numérique à visée monopolistique comme Netflix… qui sont devenus des super puissances financières, évitant l’impôt et utilisant souvent les données des utilisateurs pour s’enrichir ou en les enfermant dans leur modèle économique propriétaire.

Ici sont presentées des alternatives. Certaines sont libres et open source, d’autres restent propriétaires mais largement minoritaires par rapport aux géants du net.

Pour ceux d’entre vous qui sont intéressés, la « marche à suivre » est la suivante :

Vous avez l’intention de vous débarrasser de Gmail ? Voici la marche à suivre.

>>> Plus d’infos @

https://degooglisons-internet.org/

http://xuteews.sweetux.org/2015/10/12/regooglisons-internet/


Rendez-vous l’année prochaine pour d’autres nouvelles, avec quelques changements …

Cordialement,

 

bannière grise2

more