Poser le problème

J’ai été amené récemment à expliquer le même concept à partir de deux points de vue différents.

Le premier était lié aux luttes difficiles que nous menons sur le front politico-juridique contre pas mal de textes (loi sur le renseignement, état d’urgence, conservation des données de connexion, etc). Mes interlocuteurs considéraient que puisque la seule forme d’écoute que nos politiques peuvent accorder est celle des actions violentes, alors nous devions devenir violents, mettre le feu à des immeubles, des voitures, bloquer des rues, etc. J’en comprends la logique, les taxis ou les agriculteurs sont entendus comme ça, alors que nous qui jouons dans les règles sommes moqués et ignorés. Il ne viendrait à l’idée d’aucun ministre ou d’aucun député de moquer les agriculteurs ou les taxis. Mais nous moquer, nous qui sommes des gentils, il peut se l’offrir. Si la méthode brutale marche pour eux, on peut l’utiliser aussi, n’est-ce pas ?

Le second était lié à des histoires de financement. Pour financer telles des activités qui comptent pour nous, une solution peut être de monter une boîte qui vende des prestations (formation, par exemple, sur la sécurité informatique, ou sur l’usage des outils, ou…), et de faire de cette boîte une pompe à fric, compréhensible pour l’ancien monde des affaires (ça fait des factures, ça vend un truc), et qui permette de financer des projets clefs, politiques ou techniques, surtout techniques dans l’idée de mon interlocuteur. Si des boîtes sont capables de payer des milliers d’euro du conseil bidon, et ne comprennent pas qu’il faut donner 500 balles pour GPG ou pour OpenSSL, c’est une méthode qui semble séduisante. Et pourtant non, parce qu’elle nous force, nous, à rentrer dans leur monde pourri à eux, à changer nos esprits pour nous accorder au leur. Et c’est une erreur stratégique.

Dans les deux cas, j’arrive à la même idée : il importe de faire notre monde, notre société, selon nos méthodes. Nous voulons le faire sans passer par la case business ? Alors ne passons pas par cette case-là. Parfois, pour faire notre monde, notre société, avec nos règles, il faut que nous passions du temps à empêcher les nuisibles de trop nuire. Il faut par exemple essayer d’atténuer, un peu, le mal que nos politiques peuvent faire au monde quand ils essayent à toute force de s’accrocher au pouvoir contre toute logique, contre tout bon sens. Quand ils privilégient leurs petits intérêts électoraux, en agitant les peurs pour monter dans les sondages, au lieu de privilégier l’intérêt général en cherchant à apaiser la société. Quand ils utilisent les prétextes les plus vils pour assouvir leur soif de pouvoir. Leur envie de contrôler une société qui est en train de leur glisser des mains.

Essayer de l’expliquer

Le résultat est souvent frustrant. On voit OpenSSL ou PGP, qui sont des pièces centrales de toute forme de business en ligne, de toute forme de défense de la vie privée et de la sécurité de nos données, n’être ni financés ni soutenus. L’industrie s’en fiche. Les politiques s’en fichent. En matière de sécurité informatique, il n’y a rien qui puisse être plus urgent que de rendre solides et pérennes de tels développements. Rien. S’il y a une seule urgence, elle est là. Parmi les millions dépensés par la France en sécurité informatique, combien sont consacrés à ça ? Zéro. Pas le plus petit pouillème. C’est rageant au dernier degré. C’est à vous dégoûter de toute forme de politique. Oh, et pas même la déductibilité des dons de votre feuille d’impôts. Zéro je vous dit. Pire, ils seraient bien capables de re-qualifier comme lucrative, bien que désintéressée, l’association qui gérerait ça, et donc la soumettre à la TVA et à l’impôt sur les sociétés[1]. C’est à hurler.

Pourtant, ce qui compte c’est de faire notre monde. Selon nos règles. Malgré leurs bêtises. Tout est là.

Lutter pour réduire la nuisance de leurs bêtises, en essayant de faire rentrer un tout petit peu d’intérêt général dans leur champ de compréhension du monde qui vient, c’est bien, c’est dans le bon sens. Mais ce n’est pas la finalité. C’est un moyen de protéger le monde que nous voulons, et que nous faisons, sans eux, malgré eux.

Il ne faut pas perdre de vue la société que nous voulons. Nous ne voulons pas de la façon habituelle de faire des affaires et des logiciels et des ordinateurs, alors ne rentrons pas dans leur jeu. Bien sûr, quand on voudrait bosser à plein temps sur un projet d’intérêt général et qu’on ne peut pas, qu’on est obligé de vendre sa force de travail à des malfaiteurs à la place, c’est frustrant. Ça nous ralentit. Mais faire rentrer nos projets dans leur système, c’est tout perdre. Il vaut mieux ne perdre que 35 heures par semaine à gagner de l’argent pour mener nos actions utiles le reste du temps. Quitte à tout perdre, autant laisser tomber et ne rien coder, ne rien faire.

De mon point de vue, il y a deux sortes de choses utiles : réduire les nuisances sans renoncer à ce que nous faisons, d’une part. Et faire le monde que nous voulons, d’autre part.

Réduire les nuisances, c’est une très grosse part de ce que j’essaye de faire, depuis des années, par La Quadrature, par les actions juridiques de FDN puis de la Fédération FDN, par la participation de la Fédération aux travaux de l’ARCEP, etc. Le but n’est pas d’en faire sortir un réseau propre et défendant l’intérêt général. C’est impossible comme ça. Le but est de les empêcher de trop nous nuire.

Faire, construire, c’est l’essentiel de ce que je fais quand je fais en sorte pendant 14 ans que FDN existe et tourne. Je suis loin d’être seul à le faire, et ça fait partie intégrante de ce que je veux comme monde : faire ensemble. Du réseau propre, fait en groupe, par nous, pour nous. Pas du réseau propre fait par un mec tout seul. Du réseau fait ensemble, des gens qui apprennent ensemble, qui font circuler du savoir, qui créent du lien humain au moins autant qu’informatique, qui prennent soin les uns des autres, qui se soutiennent. C’est aussi ce que je fais quand je pousse, depuis 5-6 ans, à l’émergence d’autres FAIs associatifs. Là non plus, je ne suis pas seul à le faire. Là aussi, le collectif est un élément essentiel du projet.

Martin Persil

Mais quel rapport ? Depuis quelques jours, je vous tanne (pour ceux qui me suivent sur touitteur) avec le projet de cantine à roulettes de Scar. Mais quel rapport ? Normalement, je parle de typo ou d’Internet, pas de cuisine. Je ne suis pas réputé être un grand promoteur des projets vegan…

En fait, ce que fait Scar dans ce projet, la façon dont il bosse, la façon dont ça fonctionne, la façon dont c’est pensé, c’est exactement ce dont je parle ici. Il fait ce qu’il peut pour pousser vers le monde qu’il veut. Et le monde qu’il veut, il ressemble bigrement à celui que je veux, à celui d’Internet. Fait de gens qui échangent, qui communiquent, qui se retrouvent tous à la même table alors qu’ils n’ont pas les même mœurs alimentaires. Où on travaille (ici à cuisiner) pour construire du lien social, et pas pour construire une fortune personnelle.

Son projet, à Scar, je trouve qu’il ressemble énormément à ce qu’on essaye de faire comme monde. Il s’y intègre parfaitement. Des circuits d’approvisionnement courts, des façons de faire du travail tout ce qu’il y a de plus sérieux, mais dans une ambiance qui autorise à aimer les gens, à vivre avec eux tout autant qu’on produit avec eux. Scar, il fait du manger comme je voudrais qu’on fasse du réseau, sérieusement, mais sans jamais oublier qu’on le fait ensemble. Faire, ensemble, avec bienveillance, et avec sérieux, en prenant soin des gens.

Voilà pourquoi je vous tanne pour qu’on arrive, collectivement, à trouver les quelques sous dont il a besoin.

C’est ici. Et c’est maintenant.

Faire

Voilà la notion que je voulais exposer ici : ce qui fait qu’on gagne à la fin, ce n’est pas que nos politiques se réveillent, un matin, ayant renoncé à leurs ambitions personnelles. Ce n’est pas qu’on a réussi à gagner nos guerres contre eux. C’est que le monde a changé, malgré eux. Et pour que le monde change, en plus de les ralentir, il faut faire. Faire le monde que nous voulons.


Note

[1] Je ne déconne pas, ils l’ont fait pour FDN.